10. Revendiquer la visibilité

Les femmes montrent à l’extérieur ce qu’elles portent à l’intérieur ?

Monuments, véhicules, statues : une nouvelle exhibition occupe notre espace public. Elle fait événement. Elle fait art : l’intériorité s’expose, hors des chambres et salles d’eau des traditions visuelles (et culturelles). Les parties génitales féminines sorties du secret ? Le geste est une revendication : au rebours de la construction genrée d’un corps mystérieux et obscur, il affiche la dimension désormais politique des organes réputés invisibles du corps féminin.

On joue sur les couleurs, les textures, les emplacements. On fait l’actualité, on fait parler.

Cette visibilité est nouvelle, engagée et … féminine.

En haut : Mimosa Pale, Vagina Bike, 2008. Source : Street Anatomy, URL : https://streetanatomy.com/blog/2010/06/15/take-a-ride-in-my-giant-v-hole, consulté le 23 janvier 2021.

Décliné en grandes tailles et multiples textures, le clitoris est avec la vulve l’icône de cette visibilité monumentale de parties du corps féminin réputées invisibles.

En haut : Laurence Dufaÿ, Clitoriz soufflé, 2017. Source : Kiss Kiss Bank Bank, URL : https://www.kisskissbankbank.com/en/projects/clito-en-lumiere-meme-l-hiver, consulté le 23 janvier, 2021.

En haut : Mathias Pfund, Instant Pleasure, 2017. Source : Lematin.ch, URL : https://www.lematin.ch/loisirs/rondpoint-clito/story/28550969, consulté le 23 janvier 2021.

En haut : Matthew Ellis, Le Clitoris, 2017. Source : La charante libre, URL : https://www.charentelibre.fr/2017/11/24/apres-le-penis-un-clitoris-geant-installe-sur-le-campus-de-poitiers,3169260.php, consulté le 23 janvier 2021.

Dans les rues de Marseille, surgissent de nuit des moulages et pochoirs de pseudo-planches pédagogiques. Cette dénonciation de la fausse ignorance ignorance du corps féminin –fausse car on sait, depuis très longtemps– est une provocation mais aussi un manifeste : sur les murs, s’affiche un schéma, très simple, très clair. Qu’on ne vienne pas dire qu’on ne sait rien du corps féminin ! Mais aussi, quelle belle parodie, par le choix des couleurs, par la mention de l’anus traditionnellement traité dans un chapitre différent, de la soupe anatomique des siècles précédents ! Une œuvre d’art de rue et un discours politique, sur l’art et sur la rue, sur la volonté d’ignorer et sur la visibilité féminine. Une œuvre collective dans sa répétition, sans nom d’auteur.e.s.

En haut : Artiste anonyme, Bas-relief d’une vulve avec des explications mis sur un mur à Marseille. Source : La nuit magazine, URL : https://www.lanuitmagazine.com/rencontre-meuf-vulve-rue-marseille/, consulté le 21 janvier 2021.

Ludique, faite pour être partagée sur les réseaux sociaux mais aussi pour provoquer, l’invasion de l’espace public par des clitoris humoristiques retourne une entière tradition iconographique : sorti des atlas anatomiques, schématisé, le clitoris semble un personnage de dessin animé et certaines de ses représentations font allusion aux livres de jeunesse (Le Petit prince, la série des Barbapapas). Sur d’autres, il protège de ses ailes d’autres images, comme la Vierge médiévale protégeait les enfants de son manteau bleu. Débonnaire, ressemblant vaguement au symbole de la paix des hippies, le clitoris est bienveillant. Au-delà du jeu, il affirme une sexualité de plaisir, non de reproduction, et la revendication des femmes (et hommes) au discours sur leur propre corps.

Des « clitomurs » ou graffiti clitoraux photographiés sur divers murs en France. Source : Instagram, URLs : https://www.instagram.com/marsl_clito/ ; https://www.instagram.com/p/CASz9rlIrs7/ ; consultés le 23 et le 25 janvier.

11. Profondeurs et textures de la modernité

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search