Exposition(s)

Pages, perspectives et plans

  1. Regards sur l’invisible?
  2. Infographies des mystères féminins
  3. Miroirs et rétroversion
  4. « … outre ce qui est le corps de l’homme »
  5. Coupes et détours anatomiques (16e)
  6. Éclairer la profondeur
  7. Fragments génitaux
  8. En compagnie du fœtus (17e-18e)
  9. Atlas de la procréation (19e-20e)
  10. Revendiquer la visibilité
  11. Profondeurs et textures de la modernité
  12. Et l’art?

En archipel, douze pages pour des images. La visite n’est pas guidée: rêveuse, perplexe, parfois émerveillée, elle est souvent déroutée (et déroutante). La visite n’est pas un guide, non plus. Encore moins un cours. Ces images ont surgi dans nos inventaires et nos bibliothèques, dans nos villes et nos journaux, elles nous ont tenu.es en arrêt. Nous voulions en partager l’étrangeté, la familiarité, les reconnaissances, les questions, les silences. Nous voulions les mettre « en regard ».

Elles ne forment ni récit historique ni échantillonnage représentatif, même si les anciennes précèdent les modernes. Certaines restent muettes, d’autres semblent des hiéroglyphes ; d’autres encore crient, attaquent, scandent ou parlent. Toutes sont des regards qui forcent notre regard. Publiques, elles exposent à la vue un lieu construit comme invisible, intime, secret, ombreux : le « continent noir » du corps humain, où se rencontrent sexualité, origine et sacré. Chacune de ces images est un geste, le donner à voir, et le regard qu’elle engage devient à son tour geste : le désir de voir.

Ce partage de la vue a une histoire et des genres : d’abord exclusivement masculine, son histoire chemine d’abord par les détours de l’anatomie et de l’obstétrique, par les métaphores et métonymies de la bienséance, par l’alphabet des symboles et allusions, pour aboutir au scandale artistique et à la provocation de la modernité. En passant au féminin, cette histoire retourne sur elle-même pour faire entrer le regard du sujet dans le partage : le regard se porte sur les regards. L’image du sexe féminin exposée par son sujet féminin porte la revendication de l’identité et, devenue collective, en clame les droits. Elle dit. Elle questionne les images imposées ou refusées. Jeu de miroirs et de regards, l’image est performance, échange de gestes où le genre se fait, et se défait.

Exposition composée et mise en ligne par Hélène Cazes, David Douglas, Anthony Gavin et Olga Ziminova. Nous remercions le laboratoire ETCL (University of Victoria) pour son soutien et pour nos stages Open Knowledge Practicum, et Viviane Fairbank pour sa relecture experte et généreuse.

Note: ces images sont données sans bibliographie mais il y a une importante bibliographie… imposante ! Elle fait l’objet d’un volet entier de la recherche et du site Perfecta, encore en construction et en mouvement constant. Limites de la représentation!

Note 2 : en aucun cas, nous n’avons cherché l’exhaustivité dans cette récolte.
Note 3 : je prends l’entière responsabilité des erreurs, lacunes, redites etc. (HC)