Résumés-Abstracts

Marina Bettaglio

A Womb with a (Political) View: Reclaiming Reproductive Rights in Spanish Graphic Narratives

This paper examines feminist graphic expression during the Spanish Transition to democracy and in 2014 when graphic artists mobilized against the restrictive abortion law that the right-wing Partido Popular tried to pass. While feminist organizations were taking to the streets, the newly formed Asociación de Creadoras de Cómics launched a Tumbler initiative calling on graphic artists to express their dissatisfaction with the new proposed law. Wombastic received more than 200 comics from well-known and emerging artists in support of women’s right to decide over their bodies and in reproductive matters. Through the image of the womb, these artists played an important role in defending women’s rights against the legislative changes that the conservative government tried to enact.

Caroline Boileau

Hors d’elle – Beside herself

Textes 

1 – (En début de feuillet) Réflexion sur la qualité performative et (auto)réflexive du dessin.

2 – (En fin de feuillet) Présentation de mon travail d’artiste, de mon intérêt pour les représentations du corps de la femme à travers le temps, la médecine et aussi à travers des paroles de femmes se réappropriant leur propre corps aujourd’hui.

Dessins 

Une sélection de dessins à la mine et à l’aquarelle, numérisés.

Les dessins qui seront inclus ont été réalisé durant plusieurs projets de résidence durant les quatre dernières années : Bibliothèque d’histoire de la médecine Osler de l’université McGill (2018-2019) ;  voyage de recherche en Europe et en Scandinavie avec la fondation Brucebo (2018) ; résidence au RAVI -Résidences Ateliers Vivegnis International – en Belgique (2019) puis à l’Université de Montréal dans le cadre de la Chaire McConnell sur la réappropriation de la maternité (2020-2024).

J’aimerais proposer un voyage anachronique et ambivalent sur la représentation du sexe féminin, basé sur une réappropriation d’images historiques, d’images personnelles et d’images inspirées par des paroles de femmes rencontrées au cours de la dernière année.

Renée-Claude Breitenstein

« Arguments anatomiques dans les éloges collectifs de femmes de l’Ancien Régime »

Les apologies du sexe féminin et les listes de femmes illustres fleurissent pendant l’Ancien Régime, sous l’influence conjuguée de la réflexion sur le rôle des femmes dans la société et de l’essor de l’imprimerie. Ces éloges collectifs, qui, de la Renaissance aux Lumières, défendent la supériorité des femmes sur les hommes, puis progressivement l’égalité des deux sexes, donnent à lire des représentations variées du corps féminin, tantôt exhibé, tantôt passé sous silence, dissimulé ou travesti. Dans cette communication, nous souhaitons proposer un tour d’horizon du genre de l’éloge collectif afin de mesurer la place qu’il réserve aux arguments médicaux ou plus spécifiquement anatomiques, mais également les zones d’ombre qu’il cultive. En examinant les éloges collectifs de femmes au tournant des 16e et 17e siècles, dont elle est spécialiste, R.C. Breitenstein montre que l’argument anatomique de la différence des sexes est utilisé pour la défense de femmes exceptionnelles, vertueuses en dépit de leur sexe. Elle met ainsi à jour les constructions du genre liées au discours médical et à la représentation, nouvelle au 16e, du sexe féminin.

Margaret Carlyle & Marcia D. Nichols

Flap Anatomies and Victorian Veils: Penetrating the Female Generative Interior

A new class of lavishly illustrated obstetrical textbooks published in the eighteenth century presented a disembodied female whose gravid uterus was set against a bony pelvis. This perspective was embraced by a new professional class of practitioners known as “man-midwives” in order to justify their incursion into the realm of childbirth. The images privileged their surgical focus on the mechanics of childbirth and their recourse to instrumental delivery in the case of difficult births. In such imagery, female genital anatomy, including the vulva and labia, are rarely to be seen and only for strictly clinical purposes. By the nineteenth century, obstetrical atlases were more likely to depict a fully embodied maternal figure. The female form’s reinscription into graphic canon of obstetrical manuals was not, however, an act of liberation. In fact, such representations indicate the extent to which the male ‘gaze’ had successfully colonized the obstetrical profession.

This paper argues that the newly re-embodied pregnant female provided a prurient gaze at a time of restrictive sexuality in Victorian society-at-large. Using several examples, I examine how the explicit inclusion of female labia, pubic hair, and breasts were justified for their anatomical utility while also evoking titillating views of the female generative interior. One particular material visual technique that enhanced a prurient experience was the use of the anatomical ‘flap,’ that is, the liftable pieces of paper that served to imitate the act of cadaveric dissection. By pulling back flaps sequentially, the viewer could peer further into the ‘mysterious’ abyss of female generation. This was akin to the sexually titillating act of ‘lifting’ the veil or curtain of clothing protecting female modesty. This new vogue for flap anatomies of female bodies coincided with the increasing presentation in midwifery atlases of the amniotic sac, which protected the fetus from the outside world before birth. Both kinds of ‘curtains’ thus formed a new kind of ‘peep show’ gaze that revealed the blurring of male sexual desire and medical authority.

Anne Carol

Topographie, visibilité, valeur : quelques réflexions autour des organes génitaux

En miroir de la représentation des organes génitaux féminins menée dans un précédent travail et qui avait montré la prépondérance des imaginaires sur l’observation, il s’agit de s’interroger sur les organes génitaux masculins et leur physiologie tant iconographiques qu’imaginaires. On se propose de lancer quelques pistes sur la longue durée (du temps du séminisme, au début du XVIIe siècle à la fin du XIXe siècle) et de s’intéresser notamment à la question de savoir où se situe, dans les imaginaires, le siège la virilité : dans les testicules ou dans le pénis ?

Sylvie Chaperon

Le « Moment Kobelt »

Dans la longue histoire anatomique du clitoris, l’ouvrage de Ludwig von Kobelt figure un sommet. Ecrit en Allemand en 1844, traduit très rapidement en Anglais et en Français, l’ouvrage a eu une forte influence dans le domaine médical. La plupart des sexologues d’aujourd’hui le créditent d’une vision particulièrement précise et exacte du clitoris. On lui doit en effet d’avoir clairement relié les bulbes du vestibule à l’appareil clitoridien par un plexus veineux qui porte son nom. La communication, qui entend situer cet ouvrage dans son contexte scientifique et de genre et rappeler ses caractéristiques essentielles, montrera pourtant que la représentation de cet organe se fonde sur une physiologie du coït aujourd’hui abandonnée. On s’interrogera aussi sur la réception française de l’œuvre et sa critique ultérieure.

Pascale Chiron

« le « comment a nom » ou comment nommer et représenter le sexe féminin dans l’univers littéraire de la première moitié du XVIe siècle»

« un con n’est pas tout ce qu’on pense » lit-on dans un poème de 1542; mais qu’en pense-t-on précisément au XVIe siècle ? Et d’abord comment le nomme-t-on? Le recueil de blasons anatomiques femenin, ensemble les contreblasons, parus en 1543, ne consacre pas moins de 3 blasons et 1 contreblason au « con ». Les figures de style employées pour nommer le sexe féminin, périphrases, figures de correction etc. sont-elles le symptôme d’une difficulté à représenter le sexe féminin ou bien une forme de parade stylistique pour approcher l’objet textuel désiré ?

L’étude de la dénomination et de la définition du « comment a nom », comme l’appelle Rabelais, nous permet d’aborder la représentation et la mise en récit du sexe féminin. Représentation parfois comique qui tient de l’éloge paradoxal, comme celle que Panurge développe dans Pantagruel, en imaginant pour défendre Paris une muraille de « callibistrys des femmes » entrelardés de « bracquemars enroiddys » et éventés par des queues de renard… Que ce soit sur un plan linguistique, mimétique ou narratif, la fécondité du con ne fait donc aucun doute dans l’univers littéraire de cette première Renaissance.

Tatiana Clavier

Les mots du Sexe au cœur de la Querelle des femmes à la Renaissance

L’apparition de l’imprimerie à la fin du XVe siècle correspond à une période clé de la Querelle des femmes et permet la publication et la production de nombreux discours intéressant la construction du genre. Des premiers succès d’imprimerie de textes médiévaux comme lesLamentations de Mathéolus ou les Évangiles des Quenouilles, aux synthèses de la deuxième moitié du XVIe siècle comme De la bonté et mauvaistié des femmes de Marconville (1563) et la Guerre des Masles contre les femelles de Nicolas de Cholières (1588), en passant par les plus virulents des deux camps, tel Aggripa de Nettesheim dans saDéclamation de la noblesse et préexcellence du sexe féminin (1509)ou Drusac dans les Controverses des sexes Masculin et Femenin (1534), nous observerons comment les auteurs misogynes et proféminins désignent le sexe des femmes, manient mots et représentations à l’appui de leurs démonstrations et injonctions.

Michèle Clément

Donner un nom au clitoris ou l’effet du nom

Il s’agit de reprendre la « découverte » du clitoris par Colombo et Fallope (1559 et 1561) et de la traiter non sous l’angle de la querelle, mais sous l’angle de la lexicologie et de l’analyse du discours pour découvrir ce qui a fait sens progressivement dans la désignation de l’organe par les médecins et comprendre comment un savoir non savant devient un savoir savant. Le mot « clitoris » ne s’est pas imposé immédiatement. Pourtant la guerre du nom a été gagnée par Fallope. Entre le milieu du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle, une hésitation est sensible dans les désignations plurielles de l’organe, de même qu’une réticence dans sa représentation. Que ce soit chez les découvreurs d’abord ou chez les médecins qui les lisent, les citent et qui enregistrent parfois des dénominations populaires parallèles, la progressive imposition du nom clitoris et de la mention obscène qui lui est associéevont produire, en termes de connotations et d’imaginaire, un effet négatif de longue portée. 

Appel : je recueille volontiers vos noms pour le clitoris (j’en ai une vingtaine dans l’article).

Kim Daly

Snatched Away: Examining Aging Bias in Vulva Positive Social Media and in Stock Photography Images of the Vulva

Between the 20 and 21st century, images of women’s sexual anatomy became visible within the public sphere. While images of cis and trans women’s female sexual anatomy are often taken up as acts of feminist pride, symbolizing women’s empowerment, images of older women’s genitals remain much less visible. In this study I used visual content analysis to determine the representation of aging bias in a vulva positive social media site and in a stock photography website.  Study results confirm a lack of representation in popular visual culture, so that the discursive production of older women’s sexual anatomy remains centered on medical and social notions of menopausal deficiency, bringing processes of tissue atrophy and decay, deemed unacceptable in a cultural that idealizes young bodies.  Notions of atrophy, decay, and ignored anatomy create challenges in the attainment of satisfactory images for self-identification, physical knowledge, and sexual health at midlife and beyond.  How images of aging sexual anatomy might be taken up within the public sphere remains as unexplored cultural territory, even among sex positive health care providers. I make recommendations about how older women’s sexual anatomy might become part of visual culture, with the potential to be developed as a site of feminist activism.

Between the 20 and 21st century, images of women’s sexual anatomy became visible within the public sphere. While images of younger women’s female sexual anatomy are often taken up as acts of feminist pride, symbolizing women’s empowerment, images of older women’s genitals remain much less visible. The discursive production of older women’s sexual anatomy remains centered on medical notions of menopausal deficiency, bringing processes of tissue atrophy and decay, deemed socially unacceptable and therefore escaping representation. Notions of atrophy and decay and ignored anatomy can create challenges in the attainment of satisfactory images for self-identification, physical knowledge, and sexual health at midlife and beyond. How images of aging sexual anatomy might be taken up within the public sphere remains as unexplored cultural territory, with potential to be developed as a site of feminist activism.

Nancy M. Frelick

Le sexe féminin et le regard de l’autre : « entre la Méduse et l’abîme »

Dans leur introduction au volume collectif, The Body in Parts, David Hillman et Carla Mazzio se servent d’une lecture psychanalytique pour examiner l’image de la Méduse placée (plaquée) sur une gravure anatomique du sexe féminin dans le Catoptrum Microcosmicum de Johann Remmelin. Il s’agit non seulement d’étudier ce qu’ils nomment « l’âge de la synecdoque » ou le « corps morcelé » (selon Lacan), mais les rapports entre pouvoirs et angoisses projetés sur le sexe féminin.

Cette communication – dont le titre s’inspire du fameux « Rire de la Méduse » d’Hélène Cixous – se penchera donc sur l’image de la Méduse comme représentation des organes génitaux (masculins et féminins), souvent liés à l’œil ou au regard de l’autre (voire de l’Autre) dans divers textes modernes et pré-modernes. Il s’agira aussi d’analyser les différents types regards (objectivant, scotomisant, etc.) utilisés pour représenter le rapport entre sexe (ou corps sexué) et organe optique.

David Gifford

Proportions, Gender and Disproportions

This is a design story that begins in the early concept procedure for the Perfecta logo. It is a working example of what happens when you impose the ‘ideal’, what exists in the mind, on the living situational world. Discussed will be the misadventures of attempting to create a ‘Vitruvian Woman’ image from the life drawing studies of a pregnant model, and the sharing of some process work and a selection of wonderful life drawing by students.

It is the historical relation to the problems which were encountered in this venture that become the rational for the presentation about the canonical systems of human proportions, and the persistence of these powerful myths that extend into gender bias and even contemporary fashion design.

David Gifford is an interdisciplinary artist and Sessional Lecturer in the Visual Arts Department at the University of Victoria, where he teaches Drawing and Colour Theory. He is currently researching and building causality assembly machines in his backyard.

Annagiulia Gramenzi

Inventing the female anatomy in the 16th century: dissections and interpretations of the uterus

Considered as both the enigmatic emblem of femininity and “the cause of all diseases of woman”, the uterus has always been a preferred “object” of male medical speculations and interpretations. Indeed, in the sixteenth century, the visual and textual space of female genital body in the anatomical literature was disproportionate, complex and multifaceted. Dissecting the uterus seemed to be not only a mean to uncover the secrets of generation, but also to give the evasive female nature a new specificity and significance. 

Thomas Heydt

Hermeneutics and the Pont d’arc – Chauvet Cave ‘Venus’

While in Modern times visual representations from the Paleolithic have frequently been instrumentalised to support particular prejudicial, oftentimes misogynistic, cognitive frameworks, there are specific ways in which those approaches can be critiqued on principled grounds. Here, hermeneutic theory is applied to draw out some of the difficulties, as well as opportunities, in the endeavour to generate appropriate interpretations of Paleolithic visual representations. The focus of this presentation is the so-called ‘Venus’ of Pont d’arc – Chauvet Cave, insofar as it may constitute a prime example of representation that has been drawn on in popular media and spoken of among specialists as if contemporary categories could apply without much self-reflection. The conclusion that will be driven at is that, while close attention to the image in relation to its context may make definitive interpretations difficult it may also enrich our grasp of the diversity of ways in which the feminine sex has been narrativized.

Grégoire Holtz

Découvrir et cacher le sexe féminin dans les récits de voyages de la Renaissance

L’objectif de cette communication est de réfléchir sur les différentes modalités qui, dans la littérature de la Renaissance, établissent un double mouvement de révélation et d’occultation du sexe féminin. Cette dynamique ambivalente se donne à lire dans la littérature de voyages, où les représentations alternent entre la description d’une nudité vertueuse (comme chez Léry) avec des évocations chargées d’un imaginaire plus inquiétant, voire démoniaque (comme chez Mocquet, Vespucci ou Staden). La découverte et la conquête de nouveaux territoires par les puissances européennes semblent s’être accompagnées d’un discours qui reproduit et diffracte cette conquête sur le corps féminin, qui devient un objet de fantasme et de projection. Comment le langage des voyageurs tente à la fois de recouvrir et de découvrir le sexe des femmes qu’ils s’apprêtent à coloniser ?

Vanessa Jerome

Penser les violences sexuelles en contexte politique. Très hétéro-centré dans son premier instant, le mouvement MeToo a diffusé au-delà des sexualités, des genres, des professions, des classes sociales, des « races ». Questionnant par la violence les conceptions de la séduction et des relations sexuelles, il est le prisme à travers lequel se redéfinissent et se réinterprètent désormais les complexités du consentement, les logiques sociales qui façonnent le corps féminin et celles qui structurent la question du désir comme du plaisir des femmes. Il est aussi, et peut-être avant tout, l’occasion de re-politiser la question sexuelle. Pourtant, il n’a que peu concerné, à ce stade, le monde politique. Les montées en généralités rapides sur les méfaits de la séduction à la française, de la culture du viol, de la soumission féminine, du patriarcat ou même du capitalisme, ont ainsi paradoxalement laissé dans la pénombre, et dans l’impunité, le champ du pouvoir ainsi que les logiques, à la fois sociales et partisanes qui y structurent les violences et les silences. Quelques révélations ont certes concerné partis politiques, organisations de jeunesse ou (ex) ministres et élu·e·s. Mais les dévoilements d’« affaires » de violences sexuelles en politique restent rares, peu jugées, rarement condamnées. C’est en partie pour cette raison que les violences sexuelles dont les auteurs et/ou les victimes font partie du champ politique sont rarement prises pour objet d’analyse. Il est pourtant grand temps de déconstruire finement l’interaction des logiques sociales, politiques et partisanes qui structurent la (re)production des violences sexuelles en contexte politique, et d’ouvrir quelques pistes de réflexions sur les effets – retards – de la parité, des masculinités dominantes, et de l’hétéro-normativité du champ politique.

Helen King

From print to wool: Vesalius and the ‘knit your own womb’ movement

This paper considers contemporary approaches to representing the female sexual organs in such media as wool and fabric, and their relationship to the detailed, fully-labelled, two-dimensional images in sixteenth-century medical texts, in particular to those of Vesalius. I shall consider what it means to move the body into the public domain through such media, and how the skills of the crafter and the materials used are brought into play. Among the modern versions of the female body which I shall compare to Vesalius are online knitting patterns for the uterus and two small groups in the UK: the Shoreditch Women’s Institute and its vulva quilt and the Whitstable Profanity Embroidery Group.

Jérémie Koering

La peinture à venir. Courbet et L’origine du monde.

Ma contribution vise à réinscrire le tableau de Courbet dans une longue histoire des images. Cette « archéologie » de L’Origine du monde est l’occasion de considérer la manière dont l’œuvre de Courbet a en quelque sorte mis fin à un vieux fantasme : la représentation, en peinture, d’un sexe féminin, et d’un sexe féminin seulement. En effet, cette image n’a pas cessé de hanter les artistes, au moins depuis Dürer, au point de demeurer, durant plusieurs siècles, une œuvre virtuelle, une peinture à venir. Pour réaliser ce fantasme, il aura fallu que l’artiste opère quelques déplacements au sein de la culture visuelle de l’époque moderne et qu’il modifie certains codes de la représentation, en réalisant un croisement inédit entre imaginaires médical, érotique et artistique.

Magdalena Koźluk

L’appareil génital féminin : les emblemata medica de Louis de Caseneuve (1626)

Louis de Caseneuve, médecin peu étudié quoique digne du plus grand intérêt est l’auteur d’un unique ouvrage, le Hieroglyphicorum et medicorum emblematum Dodekakrounos. Ce livre d’emblèmes du XVIIe siècle peut être considéré comme un exceptionnel hommage rendu à l’art médical. En premier lieu, l’ouvrage présente toutes les caractéristiques d’un manuel mnémonique dont le but était de faciliter aux jeunes médecins l’apprentissage du savoir médical hérité des époques précédentes. Conçu comme une « pédagogie par l’image», ce volume témoigne de l’invention originale d’un médecin jésuite qui, pour transmettre « la science parfaitement orthodoxe, et plutôt même un peu retardataire », a su réutiliser des pratiques mnémoniques connues depuis l’Antiquité et approfondies au Moyen-Âge. En second lieu, en prolongeant le courant érudit de l’ars emblematica, les emblèmes de Caseneuve s’inscrivent dans la grande lignée de textes qui va du Songe de Poliphile de Francesco Colonna aux Hieroglypica de Pierio Valeriano, en passant par les Hiéroglyphes de Horus Apollon, mais sont aussi, comme l’avait déjà noté Jacques Roger, un moyen d’accéder plus parfaitement à la connaissance, car « le hiéroglyphe est l’idée rendue visible, et donc immédiatement saisissable ».

            Dans notre travail nous voudrions nous pencher sur le huitième des douze emblèmes qui composent l’ouvrage, intitulé Nascentem damna venantur (Les malheurs frappent celui qui naît) et en particulier sur sa première partie. Celle-ci propose une courte leçon anatomique portant sur l’appareil génital féminin (mont de Vénus, poils pubiens, lèvres vaginales, hymen, clitoris) que l’Auctornon minus artificiose quam pudiceobtexit. Ce cours consiste en un examen approfondi des figures gravées (le terrier d’un lièvre, des plantes telles que le capillaire de Montpellier, des nymphéas, une baie de myrte) dont le lecteur, jeune médecin, doit comprendre la signification en s’appuyant à la fois sur les clefs interprétatives réunies dans les figures hiéroglyphiques (hieroglyphica) et sur le commentaire en latin. L’analyse de ce dernier nous éclairera sur les sources savantes mises à profit (Isaac Casaubon, André du Laurens, Jean Riolan le jeune, etc.) pour composer une scène allégorique dans laquelle chaque

Sujin Lee

Women’s Narratives of the Reproductive Body: Control, Pain, and Shame

Abstract: This presentation explores women’s accounts of their experiences with childbirth, birth control, and abortion, focusing on Japanese writer Tokiko Matsuda (1905-2004)’s fictional narratives of the female body. As one of the leading proletarian writers of her time, Matsuda published numerous novels and short novels that depicted the lives of working women through the lens of feminist socialism. This presentation places her fictional work on women’s experiences with their reproductive bodies at the intersection between the patriarchal ideology of motherhood, growing awareness of reproductive choice, and the under/representation of pain and shame.

Lenora Marcellus, Joan Humphries

Pathologizing perfecta: Female anatomy as risk during labour and birth

The topic of female anatomy, and the nursing care that surrounds female anatomy during the birthing process, is of great interest to the nursing profession, from both disciplinary and care-giving perspectives. For example, female sexual anatomy is regularly and closely inspected, in fact surveyed, during labour and childbirth in order to ensure safe management of the birthing process for both mother and infant. Using the Canadian Nurse, a national professional journal received by every Registered Nurse in Canada since 1905 as the foundation, we trace the evolution of how the perineum, cervix, and uterus have been viewed, first as “dangers” to infants during pregnancy and birth, and more recently, as vehicles for employing visual, manual, and technological manipulation to ascertain readiness for pushing and birth. We review historical practices such as perineal shaving, enemas, creating a “sterile” birthing environment, and performing episiotomies. Other protocols such as extensive draping and maternal restraint were also employed, and contributed to disembodiment of female sexual anatomy from women’s bodies as a whole. We discuss the potential for these professional practices, which are intrinsically focused at specific aspects of female anatomy, to override and supersede women’s embodied experiences. We therefore expose both historical and current approaches, which align with the mystique – and the pathologizing – of the female anatomy.

Anne-France Morand

Aux origines de l’anatomie renaissante : l’héritage du médecin Galien

Les écrits de Galien jouèrent un rôle fondamental dans le développement de la médecine et furent très influent en matière d’histoire de la représentation du corps. Il est donc essentiel dans le cadre du colloque de bien comprendre ces théories. Les traités d’anatomie démontrent globalement une excellente connaissance du corps, mais celle du corps féminin est plus sommaire, comme le révèlent sa description de l’utérus qui se fonde sur la dissection d’animaux. Les théories du médecin comportent de plus une contradiction apparente : les corps, féminin et masculin, sont à la fois présentés quasiment identiques et, d’un autre, côté le corps masculin est décrit comme supérieur. Pour comprendre cette difficulté, nous explorerons d’une part la symétrie de la construction des corps dans les traités anatomiques et en parallèle la composition « chimique » des femmes et des hommes. Une solution sera ainsi recherchée dans la multiplicité des représentation corporelles.

Magali Nachtergael

Le sexe féminin en performance : de Carolee Schneemann au post-porn

Lorsque Carolee Schneemann performe Interior Scroll (1975) sortant progressivement de son vagin un texte lu à haute voix et en public, elle s’inscrit dans la tradition féministe de la vulve parlante (ou de son homologue, le vagin pensant). Cette mise en scène spectaculaire du sexe féminin a fait l’objet de plusieurs reprises, notamment sur la scène post-pornographique dont le but n’est pas tant d’assouvir le voyeurisme masculin que de permettre aux femmes de mieux connaître et s’approprier leur propre corps. Aussi, les dispositifs de monstration du sexe féminin, comme le speculum, sont détournés de leurs fins de contrôle gynécologique pour en faire un lieu d’observation esthétique, militant et réflexif. Comment des œuvres et des performances, pourtant soumises au régime du spectacle, ont-elles pu participer à l’émancipation du sexe féminin? Nous analyserons des œuvres produites durant différentes phases du féminisme pour tenter de comprendre comment les jeunes artistes comme Molly Soda et Arvida Byström notamment ( Pics or It Didn’t Happen : Images Banned From Instagram, 2017) tentent de réinvestir leur corps en dehors des canons esthétiques patriarcaux.

Marie-Frédérique Pellegrin

Dialogues dans l’utérus. La matrice comme formatrice de l’individualité chez Descartes et Malebranche

Dans la matrice d’une femme enceinte se détermine l’individualité de l’être à venir : son sexe biologique, ses joies et ses peurs, ses particularités physiques, ses pathologies et ses névroses, les règles de sa survie et même ses rapports avec les autres. Par leurs conceptions de l’influence maternelle sur le fœtus, Descartes et Malebranche donnent à l’utérus féminin un pouvoir de formation non seulement physique mais psychologique et intellectuel fondamental. C’est à l’intérieur même du sexe féminin que se noue un dialogue originel entre deux êtres qui donne aux femmes un pouvoir d’influence sans commune mesure avec celle du géniteur.

Pour mettre en valeur les rôles de cette vie matricielle dans la détermination du soi, je souhaite tout particulièrement étudier le dialogue entre Descartes fœtus et sa mère et l’hypothèse malebranchiste d’une Eve enceinte avant le péché.

Sara Petrella

Sexe et corail. Images végétales dans l’illustration anatomique moderne

De nos jours, la tendance des manuels d’anatomie est de dissocier les illustrations des parties génitales internes (utérus, col, vagin) et externes (petites et grandes lèvres, clitoris) du sexe féminin, tandis qu’au XVIe s., la matrice était considérée et représentée comme un seul et même organe, à la fois intérieur et extérieur, caché et visible. Au début de l’histoire de l’illustration anatomique, les graveurs se confrontèrent donc à la difficulté de représenter en une seule imagele dehors et le dedans. Mon hypothèse est que, pour mettre en image l’intérieur du corps féminin, les premiers graveurs utilisèrent le motif du corail. Cette enquête sur l’histoire de l’illustration de la matrice du XVIe au XVIIIe s. sera ainsi l’occasion de mettre en lumière le rôle du corail dans l’histoire de l’art religieux et mythologique ainsi que dans les cabinets de curiosités. Elle permettra aussi de donner à voir sous un jour nouveau les premières illustrations de la matrice en pointant la présence de motifs visuels végétaux aquatiques dans l’illustration anatomique moderne.

Isolde Pludermacher

Au miroir de Darwin, L’Origine du monde de Gustave Courbet

Si L’Origine du monde renvoie – littéralement ou métaphoriquement – au ventre maternel, il peut également être fécond de s’interroger sur les différentes conceptions de l’origine du monde à l’époque de Courbet.  Durant la première moitié des années 1860 paraissent de nombreux ouvrages de vulgarisation scientifique qui ont pour sujet l’histoire des formes de vie sur Terre et l’origine de l’homme. Cette prolixité est notamment liée à l’effervescence provoquée par la publication en 1859 de l’ouvrage de Charles Darwin, De l’origine des espèces. Dans un tel contexte, il est tentant d’imaginer L’Origine du monde comme une réponse irrévérencieuse – ou pas – aux questions qui faisaient alors débat sur l’origine de l’homme au moment où de nombreuses découvertes étaient faites dans les domaines de la préhistoire, de la paléontologie ou de la géologie. La présence d’un voile devant le tableau pourrait prendre un sens nouveau si l’on imagine Khalil-Bey proposant à ses invités de découvrir (au sens propre) « l’origine du monde ».

Anne Regent-Susini

La vie dans les plis : l’utérus marial dans la prédication d’Ancien Régime, (re)pli et du dépl(o)iement

Les vitraux gothiques sont parfois donnés pour la figure de l’hymen marial, traversé sans se briser par les rayons du soleil, transformant la lumière céleste dans son apparence sans en altérer le rayonnement. Si, pour d’évidentes raisons de bienséance, l’accouchement virginal n’est que rarement évoqué comme tel dans les sermons de la première modernité, l’interrogation sur le locus generationis d’un corps « engendré, non pas créé » se poursuit bien au-delà du Moyen Âge. Aussi l’utérus marial se trouve-t-il saisi par un vaste réseau métaphorique associant le mur, la prison, la porte close : il s’agit par-là de figurer un espace-figure (symbole de l’Incarnation), dont la clôture annonce celle du tombeau tout en amorçant le processus de libération. Retournant les images de la geôle sordide et de l’étroitesse douloureuse, passant de l’ implicatio à l’explicatio, les prédicateurs font ainsi de l’utérus marial le (non-)lieu d’une finitude ouvrant sur l’infini, hortus conclusus intérieur dont l’obscurité vaut promesse de lumière.

Jacqueline Vons

Les leçons du scalpel. De l’anatomie à la physiologie féminines dans quelques textes anatomiques de la première modernité

Parfaitement symétriques, en regard l’un de l’autre, les deux beaux nus, un masculin et un féminin, représentés dans l’Epitome (1543) d’André Vésale peuvent être considérés comme une introduction artistique à l’investigation anatomique de corps sexués mis à égalité. La dissection doit permettre de montrer et d’expliquer l’agencement interne du corps humain en général et les différences éventuelles en fonction des genres. Si le corps représenté et décrit dans le De humani corporis fabrica est majoritairement un corps masculin, nous verrons comment des observations diffuses, éclatées entre les différents livres de la Fabrica, contribuent à construire l’identité morphologique d’un corps féminin morcelé par la dissection. Il reste cependant que leur incidence sur les images et les interprétations du sexe féminin est restée faible dans la littérature médicale au début des temps modernes. Le discours médical exploitera les autopsies de corps féminins dans une perspective physiologique liée aux conditions de l’accouchement, et couvrira du voile de la bienséance ce sexe féminin si brièvement dénudé.

Mary Yearl

Covering the feminine form in Osler’s Library and the Osler Library of the History of Medicine

In describing the library he intended to donate to McGill’s Medical Faculty, Sir William Osler wrote that it would be “particularly rich in the rare and historical works and original editions of the old masters of the first rank.” The idea that old masters represent the foundations of medical history raise the question: how were women treated within these works, and where would their own unique anatomy fit within such a library? The focus of this paper will be on female sexual anatomy as it was represented in Osler’s Library, with particular attention to Osler’s blind spots, e.g. his conflation of midwifery with women’s health.

The purpose of this paper is twofold: on one hand, to examine representations of female sexual anatomy in historical medical texts; on the other hand, it will consider how librarians play a role in the visibility, or lack thereof, of female anatomy in their holdings.

Christine Young

Medical visualization of female sexual anatomy in the 21st Century

Professional medical illustrators – trained in medicine, art, design, digital technology, and communication technology – translate female sexual anatomy for the purposes of both commercial and educational visual communication. Commercial pursuits may include such activities as launching a pharmaceutical product for lack of female sexual desire. Educational tasks are more fundamental to educating medical students, physicians, patients, care givers, and the layman juror who have vastly different needs in the complexity and goal of a visualization. Digital technology has transformed visual representations in not only their aesthetics but how they are created, how they are distributed, and how they are viewed. Digital 3D models translated from CT or MRI data supports the burgeoning technology of Cross Reality (X Reality) in the medical profession, including virtual reality, augmented reality, and mixed reality, replacing tactile three dimensional models and educational dissections.

Nous remercions le Conseil Canadien de la Recherche en Sciences Humaines, le Consulat Général de France à Vancouver, l’université de Victoria ( bibliothèques, presses, Faculté des Humanités, Département de Français, laboratoires Digital Scholarship, ETCL, HCMC) et la bibliothèque interuniversitaire (Biu-santé, Paris.) Leur soutien rend colloque et recueil possibles.

We thank the Social Sciences and Humanities Research Council (Canada), the University of Victoria (Libraries, Press, Faculty of Humanities, Department of French, Digital Scholarship Commons, ETCL, HCMC) and the library Biu-santé (Paris). Their support makes our conference and our publication possible.