Représenter…

In English here

Rencontres et recueil : Représenter le sexe féminin, Images et imaginaires 16-21

Calendrier-programme
Résumés, Bios
Exposition(s)
Sommaire du livre à venir

Un colloque perlé

En ces temps de distance et prudence, nos rencontres se dérouleront en ligne.

Du 12 au 15 mai 2021, une série de conférences et une exposition, ouvertes au public, tenues sur Zoom. Le lien sera fourni sur demande.

  • 12 May 2021    Ouverture par Chantal Barin, Attachée scientifique et universitaire au Consulat général de France à Vancouver. Table ronde et exposition des « images » du sexe féminin, 16-21 par l’équipe Perfecta. Team presentation, Representing the Female Sexual Anatomy.
  • 13 May 2021    Helen KING, The Open University (Milton Keynes), Classical Studies : From print to wool: Vesalius and the ‘knit your own womb’ movement.
  • 14 May 2021 par Monsieur Philippe Sutter, Consul général de France à Vancouver. Jacqueline VONS, Université de Tours : Les leçons du scalpel. De l’anatomie à la physiologie féminines dans quelques textes anatomiques de la première modernité.
  • 15 May 2021    Annagiulia GRAMENZI, Università di Bologna : Inventing the female anatomy in the 16th century: dissections and interpretations of the uterus.
  • June 7 2021 David GIFFORD, University of Victoria, Artist : Proportions, Gender and Disproportions.
  • June 7 2021 Marina BETTAGLIO, University of Victoria, A Womb with a (Political) View: Reclaiming Reproductive Rights in Spanish Graphic Narratives.
  • June 9 2021 Caroline BOILEAU, Montréal, Artiste : Hors d’elle / Beside herself.

1-9 juin 2021 : tables rondes et débats.
Voir le calendrier.

Clôture le 9 juin avec Caroline Boileau (Hors d’elle/Besides herself).

Mi 2022 : publication (UVic Libraries Press)

Avec le soutien du Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada, des bibliothèques de l’Université de Victoria, du centre HCMC (UVic), du département de Français (UVic), de la Faculté des Humanités (UVic), de la Bibliothèque Interuniversitaire de Santé (Paris) et du Consulat Général de France à Vancouver. Merci !

Présentation

(encore en mouvement)

Longtemps voilé, drapé, masqué d’une feuille de vigne, d’une main ou d’une mèche de cheveux, le sexe féminin fut rarement représenté publiquement jusqu’aux dernières décennies, lorsque les technologies nouvelles d’imagerie mais également un désir militant de reconnaissance du corps féminin suscitèrent la production et la diffusion de publications, d’œuvres d’art, de galeries en ligne et de photographies et donnèrent à voir, hors d’un contexte médical ou de la pornographie, vulves, clitoris et vagins. Le colloque propose de mesurer les enjeux et les discours de cette « sortie » publique, à l’aune interdisciplinaire de l’histoire, du genre, de la médecine, de l’art et de la communication et par la comparaison méthodique de cette épiphanie contemporaine avec celle, plus restreinte, de la première modernité. Son objet est le regard, dans sa cécité, son évitement, puis son retournement sur le point réputé aveugle du corps féminin.

Comme pour remédier à l’invisibilité générique des femmes, les images contemporaines portent un discours sur le statut et les enjeux du regard sur l’anatomie sexuelle ; elles disent la nécessité de connaître et faire voir l’anatomie féminine. Elles montrent non pas tant un élément du corps que le regard sur ce lieu du corps et la position de ce regard. Elles revendiquent la réflexivité du regard sur soi et la partagent comme inclusion politique et culturelle d’un sexe trop facilement dit invisible, hideux, terrifiant. Elles disent en effet la naissance d’une nouvelle nudité féminine, au-delà de clivages binaires dont elle serait paradoxalement exclue : la reconnaissance d’une partie du corps longtemps réputée obscure, cachée, disgracieuse, comme partie intégrante de l’identité personnelle et de la perfection de l’anatomie humaine. Elles disent encore les revendications féministe et queer d’un regard réflexif, sur soi, où le corps ne serait plus objet du regard de l’autre mais sujet. Enfin, elles disent le droit de cité, dans l’espace public, des femmes et de leur corps. La dimension publique de ces représentations contemporaines, de L’origine du Monde de Gustave Courbet aux Monologues du vagin ou à la récente Bible du vagin, est en effet essentielle : elle s’inscrit contre la définition générique du « second sexe », que les discours anatomiques anciens justifiaient par une conformation naturellement aveugle, inaccomplie, et condamnaient à la clandestinité.

Car les théories médicales de la tradition hippocratique, jusqu’au XVIe siècle, lisaient dans l’intériorité des organes génitaux de la femme un dessein de la nature, qui aurait répondu à la modestie naturelle des femmes ; copie rétrovertie et inférieure du sexe masculin, le système génital féminin était décrit fragmentairement, et exclusivement pour la génération. Ce corps féminin incohérent et imparfait demeurait un « mystère », un « gouffre » sans lumière ni discours. Surtout, sans représentation si ce n’était pour en faire le champ, le cadre, l’espace de la reproduction : vide provisoirement comblé par la conception ou par la grossesse, retourné à la vacuité et à l’obscurité une fois la génération accomplie. Les premières images de l’appareil génital féminin sont celles des anatomistes de la Renaissance européenne, qui se donnèrent comme objet emblématique de la « nouvelle anatomie », fondée sur le regard, le sexe féminin : ils en décrivirent, nommèrent et firent voir les parties, montrant ce que la « culture », et non plus la « nature », avait caché. Déjà, cette apparition sur la scène publique représente un genre : ce “sexe féminin” a une nature (modeste et lubrique tout à la fois) et un destin (la procréation). En cette première sortie de l’invisibilité, les gravures anatomiques, témoignent des incertitudes du regard : comment partager une profondeur intérieure sur une page ? comment éviter (ou provoquer) le scandale de gravures « déshonnêtes » ? Cette nudité anatomique féminine s’adresse à un public restreint et masculin, celui des médecins. Elle s’accompagne d’images érotiques, pour un public, également masculin, restreint et ici privé. Ce regard est certes public, largement diffusé par la nouvelle technologie du livre imprimé ; il n’en reste pas moins détourné, par la médiation et la distance du discours scientifique, par le refus d’une réflexivité sur sa propre situation, par les détours de la bienséance, par l’inclusion presque obligée d’un pénis ou d’un fœtus, et par l’exclusion de sujets non-masculins.

Le regard moderne dénoncera tant le dépeçage anatomique que l’objectivation scientifique et pornographique. Miroirs personnels, photographie, échographies, résonances magnétiques permettent de saisir l’intérieur du corps et de se regarder/montrer soi-même. Les femmes acquièrent un regard sur leur corps, dont tirer identité et fierté. L’impression en trois dimensions, l’invention de nouvelles conventions artistiques, l’approfondissement et la diffusion des savoirs anatomiques donnent naissance à de nouvelles images. Le voile se lève. Les descriptions précises—et complètes—ainsi que les représentations de l’appareil génital féminin se multiplient comme autant de prises de position, où se joue une critique de la tradition d’illustration scientifique initiée au XVIe siècle : violentes, la dissection et l’extraction d’organes ne donnent pas à voir le corps féminin dans sa cohérence et sa dignité. Les procédures anciennes de mise en images suivaient les modèles masculins de représentation du corps, parfois jusqu’à proposer des images en miroir de l’appareil génital masculin, lorsqu’elles ne recouraient pas à la métaphore, florale ou géologique : voici ces conventions revisitées, renversées, revues. Le regard se retourne et se donne à voir : il est devenu geste. Surtout, y sont revendiqués le savoir sur le corps et les droits de sa représentation.

Chercheurs et chercheuses de différentes disciplines (histoire, littérature, philosophie, histoire de l’art, bibliologie, études de genres, sciences de la santé) et artistes permettent de saisir et catégoriser les révolutions des images ancienne et contemporaine du sexe féminin : réponse, déni, revendication et scandale servent aujourd’hui le nouveau partage public de la nudité, où genres et traditions sont questionnés ; la comparaison des époques et productions le fait comprendre et mesurer.

Nous remercions le Conseil Canadien de la Recherche en Sciences Humaines, le Consulat Général de France à Vancouver, l’université de Victoria ( bibliothèques, presses, Faculté des Humanités, Département de Français, laboratoires Digital Scholarship, ETCL, HCMC) et la bibliothèque interuniversitaire (Biu-santé, Paris.) Leur soutien rend colloque et recueil possibles.

We thank the Social Sciences and Humanities Research Council (Canada), the University of Victoria (Libraries, Press, Faculty of Humanities, Department of French, Digital Scholarship Commons, ETCL, HCMC) and the library Biu-santé (Paris). Their support makes our conference and our publication possible.